Prix de la viande : qui prend les plus grosses marges dans la chaine des coûts ?

Sur fonds de polémique suite à l’augmentation vertigineuse des prix de viande sur le marché tunisien, et du coup de force entre la profession et les autorités, et pour faire comprendre l’opinion publique la réparation des coûts réels et leur impact sur le prix, voici une infographie, tirée d’un un rapport sur les marges dans la filière, commandé par le Ministère de l’Agriculture en France.

En voici les résultats :

Ainsi, à son entrée à l’abattoir, la carcasse d’une vache entière « moyenne » est cédée à environ 2,70 euros le kilo. Ce prix est resté stable sur 10 ans : la hausse du prix final ne profite donc pas à l’éleveur. Même en tenant compte des aides qui leur sont versées (un tiers de leur revenu) : « ceci ne permet de rémunérer qu’une partie des coûts de production », explique le rapport.

Le coût de l’abattage, la première découpe et la déduction de valeur des parties non utilisables de la carcasse représentent 0,14 euro en moyenne. Le quartier « arrière », le plus noble, revient à 3,77 euros. Et quand on ne retient que le muscle, la valeur de celui-ci à la sortie de l’abattoir est passée à 5,40 euros le kilo. Sur une carcasse entière, les entrecôtes ne représentent que 2% du poids.

C’est la marge brute des intermédiaires (industriels et grande distribution) qui a surtout flambé : pour un kilo de bœuf (valeur équivalent carcasse de l’ensemble des morceaux au détail vendus en magasin), elle a bondi de 37,5% entre 2000 et 2010. Le prix de vente, lui, a augmenté de 23,8% dans le même temps.

Pour expliquer la hausse du prix payé par le consommateur, le rapport avance également d’autres explications : les contraintes environnementales, notamment en matière de gestion d’effluents (stations d’épuration), la modification des modes de consommation (barquettes et produits de plus en plus élaborés), l’augmentation des pertes en magasin liées à l’application plus stricte des dates limites de consommation, la hausse des frais de personnel (passage aux 35 heures) ou encore les coûts de l’eau et de l’énergie.

Moralité de l’histoire : A quand un rapport transparent similaire de part les autorités compétentes sur la situation en Tunisie ?

Ou en est le textile « Made In Tunisia » aujourd’hui ?

Qui fabrique les vêtements des Européens ? certainement pas les européens vous allez me dire…

En 2011, les pays de l’Union européenne ont  importé pour 67,7 milliards d’euros de vêtements en provenance du monde entier. Une hausse 22% en cinq ans et de 8% sur un an, malgré une conjoncture morose. Il faut dire que les prix ont eux-mêmes grimpé de 7,5% en 2011 par rapport à 2010 en raison de la flambée des matières premières.

Voici un dataviz évolutif de leur pays d’origine, et des parts de marché des principaux fournisseurs de vêtements de l’Union européenne, dont la Tunisie occupe le 5ème rang mondial, bien avant le Maroc et l’Egypte.

Réussir dans les réseaux sociaux

Nombre d’adeptes des réseaux sociaux utilisent ces derniers pour un usage personnel, y voyant principalement une source de divertissement et de réseautage efficace. Une autre catégorie y voit au contraire une opportunité pour élargir grandement leur réseau de contacts, et surtout de clients !

Pour réussir sur les réseaux sociaux, il faut toutefois respecter certaines règles de bases bien établies. Vous devez déterminer clairement vos objectifs et développer une stratégie en fonction de ces objectifs, tel que vous le ferriez pour tout autre projet ou promotion. Lire la suite

Le vrai visage de la Transparence et de… l’OpenGovTN !

Après avoir mis sur orbite le Projet Open Data Tunisia, et à peine une semaine depuis le lancement officiel, pour lequel nous avons eu des échos « très » favorables, et des encouragements venant des quatre coins du monde, -comme en témoigne la couverture médias réservée à cet événement et les tweets relayant l’information, retweetés dans notre timeline @OpenDataTN-, aujourd’hui j’ai décidé de réagir pour mettre les points sur les « i » comme on dit, vis à vis d’une poignée de détracteurs qui se reconnaîtront surement, qui, au lieu d’avoir l’intelligence et la clairvoyance d’encourager cette initiative, se sont mis à tort et à travers à ouvrir le feu sur ce nouveau né de la démocratie participative tunisienne post-révolution, allant jusqu’à me traiter personnellement d’intrus, de corrompu, d’opportuniste, et j’en passe…

A ces détracteurs acharnés qui m’ont fait un procès d’intention, et par delà, la contribution du secteur privé au développement du pays, et qu’un simple DataViz permet de mettre à nu leur identité, relations, intérêts et mauvaise foi (eh oui, c’est aussi ça les vertus de l’Open Data), je m’abstiens de céder à la tentation de dénigrer avec bassesse et de faire taire à jamais les mauvaises langues, ne serait-ce que par respect aux membres intègres du Groupe « OpenGovTN »… Lire la suite

Investir dans l’économie numérique n’est pas investir dans l’immobilier !

Il parait que notre Gouvernement de transition n’a pas très bien compris la leçon ! Celle de ne pas mettre la charrue avant les boeufs.

On continue encore et encore de construire de nouveaux locaux pour abriter encore et encore des entrepreneurs (ou pseudo-entrepreneurs) IT qui se font de plus en plus rares à trouver à cause de ces politiques de l’autruche “benaliste”.

Le dernier massacre en date, celui de l’annonce de Tunisie Télécom de la construction de son nouveau siège social pour la “modique” somme de 29 millions de dinars. Lire la suite

Steve Jobs: « Think Different »

Steve Jobs, co-fondateur d’Apple, et ancien dirigeant visionnaire de la firme à la pomme est décédé dans la nuit de mercredi à jeudi 06 octobre 2011, à l’âge de 56 ans. En congé de maladie depuis janvier dernier, il avait laissé les rênes de l’entreprise à Tim Cook.

Sans faire de lui un dieu, je rends hommage à ce génie du design produit et à son don du commerce de détail avec un extrait vidéo qui a très bien circulé sur la toile à l’annonce de sa mort. il s’agit d’un discours commémoratif prononcé à la célèbre Stanford University en 2005. Lire la suite